Google+

Classé dans |

Gaultier Bès : « Le clivage gauche-droite n’a pas de sens pour moi »

Publié le 17 juillet 2013 par Louis Marie

veilleurs-gaultier-bes

A 24 ans, Gaultier Bès est un des principaux animateurs des Veilleurs. Cet agrégé de lettres est chargé d’organiser la marche cet été qui partira de Bordeaux le 10 août et rejoindra Paris le 31 août. Ce Lyonnais explique ici les fondements de son engagement.

Qu’est-ce qui vous a amené à participer aux Veilleurs ?

J’ai participé à la mobilisation contre le mariage pour tous à Lyon, notamment à la marche solidaire du 17 novembre dernier. En mars, face à l’obstination et au refus du gouvernement de tout débat, alors que la question divisait toujours profondément le pays, il y avait des tentations de radicalisation. Que devions-nous faire ? Nous avons été marqués par la première veillée non violente à Paris sur les Invalides. Du coup, nous avons fait la même chose à Lyon, sur le mode Gandhi, en silence. Puis, je me suis déplacé pour la deuxième veillée à Paris en avril. Je me suis fait remarquer en lisant un texte de Gramsci : « Je hais les indifférents » de 1917. Il est devenu un texte de référence pour nous.

Etes-vous ou avez-vous été engagé politiquement ?

Non, je n’ai jamais milité pour aucun parti politique et ce n’est pas non plus dans mes projets. Mais je m’intéresse à la chose politique depuis longtemps. Et j’ai eu des engagements associatifs, notamment dans le scoutisme. J’ai été chef de troupe chez les Scouts unitaires de France. Beaucoup d’entre nous sommes des « puceaux » de la politique. Ce qui me plaît chez les Veilleurs, c’est la volonté de dépasser les slogans, la polémique stérile et médiatique. Nous voulons vraiment dépasser la logique des partis.

En luttant contre le mariage pour tous ?

Oui, nous nous opposons au mariage pour tous et à toutes ses conséquences. Il s’agit d’une transformation d’une institution fondamentale par l’Etat de manière autoritaire et qui, sur le plan philosophique, est illégitime.
Mais cette mobilisation révèle d’autres choses. Elle montre qu’il y a un décalage considérable entre les citoyens de base et leur soi-disant représentants politiques. En face, la mobilisation qui naît n’est pas fondée sur le cynisme, mais sur l’espérance. On peut travailler à la paix, à la justice, autrement que par la magouille. Surtout, nous sommes contre la simplification à outrance du réel. On ne veut plus de la pensée binaire, réflexe, de l’empire du bien et de l’empire du mal. Ainsi, face aux tenants du progrès et de l’égalité pour tous, il y aurait les égoïstes, les infâmes, les réactionnaires et les homophobes. On en arrive à des absurdités : l’homosexuel qui s’oppose à la loi Taubira est traité d’homophobe…

Read full article: Gaultier Bès : « Le clivage gauche-droite n’a pas de sens pour moi »

Ecrire un commentaire

Votre pub ici

Photos via notre Flickr

Voir toutes les photos

Votre pub ici

Votre actu

Proposez une information !